L’Addim 70 conduit une politique originale d’accès à une culture partagée au bénéfice des haut-saônois depuis 1983.

Du 14 au 17 mars 2022

Résidence musique baroque avec l’ensemble a nocte temporis

Du 14 au 17 mars 2022

En 2022, la Médiathèque départementale, en partenariat avec Culture 70 et Musique et Mémoire propose un nouveau cycle de découverte dans les médiathèques du département de la Haute-Saône.

L’ensemble a nocte temporis, fondé autour de la personnalité incroyable du jeune ténor belge Reinoud Van Mechelen, propose à cette occasion une immersion dans la musique française à travers un répertoire d’airs et brunettes allant de la chanson la plus touchante jusqu’à l’air à boire le plus exalté !

Ces rencontres permettent également de mettre en lumière un instrument apparu à la fin du XVIIe siècle, la flûte d’allemand, appelée de nos jours traverso, ou flûte traversière baroque, très prisée des compositeurs et musiciens amateurs.

« Jeliote, Haute-Contre de Rameau »

Après Dumesny, haute-contre de Lully, a nocte temporis présente le deuxième volet de sa trilogie autour de la voix de haute-contre, Reinoud van Mechelen réalise un saut d’un peu plus de trente ans après Dumesny pour faire découvrir le plus grand haute-contre de l’histoire, Pierre de Jéliote, sans qui le terme ‘haute-contre’ n’aurait sans doute pas eu la même signification.

Jéliote n’est pas seulement un chanteur hors du commun mais il est également guitariste, violoncelliste et compositeur. Malgré son talent et des débuts remarqués en tant que “Suivant d’Amour” dans le prologue d’Hippolyte et Aricie, premier opéra deJean-Philippe Rameau (1733), il doit attendre que son prédécesseur, Tribou, parte à la retraite avant de pouvoir commencer à chanter des premiers rôles.

Une fois sa carrière lancée, il chante notamment “Daphnis” dans Daphnis et Alcimadure, opéra en langue occitane de Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville ; le compositeur étant originaire de Narbonne et Pierre de Jéliote du Béarn (né à Lasseube), ce dernier chante le rôle dans sa langue maternelle ! C’est également lui qui interprète Abaris dans les répétions des Boréades, dernière œuvre de Rameau jamais créée au 18ième siècle en raison de la mort du compositeur. Jéliote, après une longue et belle carrière, se retire dans les Pyrénées.

Action proposée en partenariat avec la Médiathèque départementale de la Haute-Saône, le Festival Musique et Mémoire et Culture 70, avec le soutien de la Drac Bourgogne Franche-Comté, la Région Bourgogne Franche-Comté et le Département de la Haute-Saône