L’Addim 70 conduit une politique originale d’accès à une culture partagée au bénéfice des haut-saônois depuis 1983.

Bonaventura Aliotti, Il Trionfo della Morte

Détails de l'événement

  • Vendredi | 22 Juillet, 2022
    21h00
  • 20 €, 15 € (adhérents Musique et Mémoire), 5 € (réduit)
  • Eglise Saint-Martin de Lure à Lure
  • Réservation conseillée

    Musique et Mémoire 06 40 87 41 39

  • Organisé par : Le Festival Musique et Mémoire
  • Musique ancienne

Les Traversées Baroques

Étienne Meyer, direction
Jeanne Desoubeaux, mise en espace

Ève : Capucine Keller
Adam : Vincent Bouchot
La Raison : Anne Magouët
Dieu, Lucifer, la Passion : Renaud Delaigue
La Mort : Maximiliano Baños

Chœurs de Vertus, des Démons, des Anges : Capucine Keller, Anne Magouët, Maximiliano Baños, Vincent Bouchot, Renaud Delaigue

Benoît Colardelle, lumières

Composé et créé en 1677 par Bonaventura Aliotti (1640-1690), ce dialogue confronte Adam et Ève à la tentation, mais aussi à leur passion amoureuse, à leurs tourments.

Cette œuvre alterne récitatifs courts, duos, airs, chœurs et arias accompagnati, autant de joyaux musicaux pour une construction musicale très aboutie. Des pages sublimes et totalement inconnues, qui ne méritaient aucunement de tomber dans l’oubli.

L’origine de cette forme de narration musicale, que l’on trouvera dans l’histoire de la musique occidentale tantôt sous le nom « d’histoire sacrée », ou dialoghi sacri, tantôt d’oratorio, est indissociable de l’ordre religieux des Oratoriens créé au XVIe siècle autour de Saint Philippe Néri. Il s’agissait alors pour les religieux de se réunir dans l’oratoire de leur sanctuaire, en dehors de leurs offices, pour y commenter des textes sacrés entrecoupés de pièces polyphoniques généralement de courtes durées.

Peu à peu naîtra une structure plus organisée, mettant en jeu des personnages mythiques des Écritures, jusqu’à ce que l’oratorio devienne une arme de communication essentielle de l’église de la Contre-Réforme, réussissant le tour de force de faire entrer à l’église le langage d’un genre qui y était absolument proscrit : celui de l’opéra. On cite généralement, et non sans raison, La Rappresentatione di anima e di Corpo d’Emilio de Cavalieri créée en février 1600 à la Chiesa Nuova de Rome, comme premier jalon de ce genre qui perdurera jusqu’à nos jours.

Une découverte musicale exceptionnelle !

 17 h > répétition publique

Sur le même sujet