La Suave Melodia

Le 16 Juillet 2016 - 21:00 à Faucogney-et-la-Mer - organisé par le Festival Musique et Mémoire

Lieu: 
Eglise Saint-Georges
Tarif: 
15€ - 5€ (réduit) - 12€ (adhérents Musique et Mémoire et MGEN)
Style: 
Musique ancienne

Ensemble Les Timbres et Harmonia Lenis

Musique instrumentale du Seicento

« Les jeunes musiciens nous transportent par la vitalité de cette musique peu connue et l’enthousiasme contagieux de leur virtuosité » Res Musica, Alain Huc de Vaubert, 19 décembre 2015

Le nom de ce programme, titre d’une pièce d’Andrea Falconiero, illustre bien la révolution musicale à l’aube du XVIIe siècle en Italie. En effet, en passant (non sans heurts !) du contrepoint parfait de ce qu’on appelle alors la Prima pratica - dans la ligne directe des compositeurs de la fin de la Renaissance comme Palestrina (1525/6-1594) -,  à la Seconda pratica qui met en valeur une voix soliste accompagnée par la toute nouvelle basse continue, on assiste alors à un changement radical dans l’idée même de la musique. Sans les contraintes du contrepoint, cette voix soliste sera beaucoup plus libre (notamment dans le traitement des dissonances). Ces licences que prennent les compositeurs ont pour but de renforcer l’expression du texte : dans ce Stile nuovo, c’est lui qui guide l’écriture musicale, et non pas l’inverse, pour “imiter par le chant celui qui parle” (imitar col canto chi parla), comme le dit entre autres Jacopo Peri (1561-1633).

La musique instrumentale va s’engouffrer dans cette brèche : le passage de la polyphonie vers un style soliste permet aux instruments de s’affranchir de leur rôle qui se limitait essentiellement à la doublure ou l'accompagnement des voix, et ouvre effectivement la porte à l’écriture propre à chaque instrument. De nouvelles formes spécifiquement instrumentales apparaissent, comme la Toccata, nom provenant du verbe toccare, toucher (comme on touche un instrument à la différence du chant) ou la Sonata, du verbe sonare, sonner (par opposition à chanter). Dans ces nouvelles formes, toutes les audaces seront permises, afin là aussi d’exprimer un maximum d’affetti, de sentiments, dans un langage spécifique. Mais sans abandonner pour autant la polyphonie.

Ce baroque naissant montre une diversité de formes, de caractères et une imagination débridée.

Renseignements: 

Réservation conseillée

Festival Musique et Mémoire 03 84 49 33 46

NON